Sortie à la plaine de Crau du 13/10/2018 : compte rendu

Bonsoir,

Ce samedi 13 octobre 2018, nous nous sommes retrouvés à 9h au niveau de l’entrée de la faculté des Sciences (St Jérôme) pour partir ensemble à la plaine de Crau. Laissez-nous vous présenter ce lieu pour mieux comprendre ce qui nous a poussé à le choisir pour 1ère sortie :

  • D’un point de vue historique, la plaine de Crau est le paléo delta de la Durance. Nous pouvons la diviser en deux parties distinctes : la Crau sèche et la Crau humide. La Crau sèche est une steppe intacte où règne le climat méditerranéen (ensoleillement important, températures élevées l’été, une pluviométrie faible et concentrée en automne, ainsi que beaucoup de vent qui accentue l’aridité de ce milieu). La Crau humide, située au Nord, est irriguée pour permettre la production de foin (AOP), ainsi que différentes cultures (vergers et maraîchages notamment). Formée au Quaternaire, entre la mer, qui dépose des sédiments argileux, et la Durance, qui apporte des galets. Le delta subira ensuite un assèchement, après la glaciation du Würm, qui déviera le cours de la Durance vers le Rhône, dans lequel elle se jette. L’accumulation de galets de la Durance et le calcaire des eaux de ruissellement finissent par former un ciment nommé le poudingue. Celui-ci limite l’accès à l’eau et impose une contrainte importante à la flore.                                                     
  • On peut ainsi retrouver 3 types de milieux au niveau de cette plaine :
    – La garrigue typique de notre Méditerranée, avec des plantes limitant l’évapotranspiration (par ex : le chêne Kermès, le ciste de Montpellier, l’ajonc de Provence, le romarin, le thym, la lavande …)
    – Les milieux humides, près des étangs, formant une ripisylve (où l’on peut apercevoir des peupliers blancs, du frêne à feuilles aiguës…)
    – Le coussoul, caractéristique de la plaine de Crau avec un sous-sol présentant du poudingue, avec ses 3 espèces typiques : le Brachypode rameux, l’Asphodèle d’Ayard et le Thym vulgaire.
  • Au niveau faunistique, on retrouve également des organismes fascinants :

– Du côté des arthropodes, la véritable raison de notre sortie :  la fameuse Lycose de Narbonne, splendide araignée mygalomorphe creusant des trous que l’on peut observer en la « pêchant », activité qui, après avoir fait frissonner certains, a porté ses fruits. Également plusieurs espèces de Criquets (notamment le rhodanien), des Coléoptères, le Scolopendre méditerranéen

-Pour les reptiles, le fameux Lézard ocellé, que nous n’avons pas observer.

-Et enfin les oiseaux. Equipés de nos jumelles, plusieurs passionnés (très patients) ont scruté la plaine avec l’espoir d’observer le fameux Ganga cata, le Faucon crécerellette, l’Outarde canepetière ou encore différentes espèces d’Alouette

Mais finalement, qu’avons-nous fait/vu ?

Après un arrêt dans la ville de Saint-Martin-de-Crau pour récupérer les autorisations nécessaires à la visite, nous nous sommes d’abord arrêtés au niveau d’un champs pour commencer à examiner ce milieu.
A l’aide de jumelles, de différents guides et des connaissances des uns et des autres, nous avons pu tour à tour chercher à identifier les espèces qui nous entouraient.

Ainsi au niveau de ce premier arrêt :

Au niveau flore  


Lobularia maritima avec le Marbré de Vert – Pontia daplidice

Louise Seguinel

 

Clinopodium nepeta avec le même papillon

Chloé Duque

Le fameux Brachypodium retusum

Phillyrea angustifolia avec le Leste vert – Chalcolestes viridis

Chloé Duque

Et autres (non pris en photo, cela restera le privilège des personnes présentes à la sortie).

Au niveau faune

  • Arthropodes

– De La famille des Araneidae la Lycose de NarbonneLycosa narbonensis est une espèce remarquable de la Crau. A cette saison nous pouvons l’observer dans son terrier qu’elle fabrique à l’aide de brindilles qu’elle assemble avec sa soie. Elle s’y terre avec ses petits sur le dos ; pour la débusquer nous enfonçons une brindille dans le terrier, de part l’éclosion de sa progéniture l’araignée a un comportement qui la pousse à attaquer et mordre la branche. Avec un peu de patience elle finit par sortir.

                                 Gérard Tayeb                                                                 Chloé Duque

Argiope lobée – Argiope lobata de la même famille que la Lycose, nous avons rencontré cette argiope de très grande taille est caractérisée par la forme de son abdomen.
     

                                                              Chloé Duque X 3

  • Orthoptères

-Le criquet migrateur – Locusta migratoria, de la famille des Acrididae (les criquets), très nombreux dans la Crau le jour de notre sortie.

 Chloé Duque

  • Mantes
  • L’Empuse pennée – Empusa pennata de la famille des Empusidae appelée plus communément le diablotin. Nous avons observé à cette saison la forme larvaire.                                                                    Alexis Cavazzini
  • Odonates

Au bord de l’étang des Aulnes nous avons pu observer des odonates tardives.

  • Le Sympétrum de fonscolombe – Sympetrum fonscolombii, espèce de la famille des Odonates et de la sous-espèces des Anisoptera. Elle se caractérise par la coloration de ses yeux gris/bleu virant vers le rouge sur le dessus.

                                                Gérard Tayeb : Sympetrum fonscolombii femelle

  • Le Sympétrum striéSympetrum striolatum (du même genre que la précédente et beaucoup plus nombreuse sur les branches des arbres au bord du lac.)  

Chloé Duque :                                                        Mâle                                                                           Femelle

  • Le leste vert – Chalcolestes viridis   

                                                      Chloé Duque : Chalcolestes viridis mâle

  • Æschne mixte Aeshna mixta
  • Lépidoptères rhopalocères
  • Le Marbé de Vert – Pontia daplidice

                                                        Chloé Duque

  • L’Azuré Commun – Polyommatus icarus

 Louise Seguinel

  • Le Soucis – Colias crocea

Louise Seguinel

  • Le Cuivré Commun – Lycaena phlaeas
  • Le Fadet commun – Coenonympha pamphilus
  • La mégère ou Le Satyre – Lasiommata megera
  • La pieride de la Rave – Pieris rapae

 

  • Lépidoptère de nuit
  • Hyles euphorbiaceae
  • Pyrausta aurata  
  • Pyrausta sanguinalis
  • Scopula ornata

Et bien d’autre que malheureusement nos connaissances naturaliste n’ont pas suffit pour les identifier.

  • Amphibiens
  • La Rainette Méridionale – Hyla meridionalis

 Juliette Dedet

  • Oiseaux
  • Rouge gorge familier – Erithacus rubecula
  • Mésange charbonnière – Parus major
  • Pie bavarde – Pica pica
  • Oedicnème criard – Burhinus oedicnemus
  • Pigeon ramier – Columba palumbus
  • Perdrix rouge – Alectoris rufa
  • Aigrette garzette – Egretta garzetta
  • Hirondelle de rochers – Ptyonoprogne rupestris
  • Buse variable – Buteo buteo
  • Faucon crécerelle – Falco tinnunculus

                                                  Faucon crécerelle (Femelle) – Gérard Tayeb

  • Martin-pêcheur d’Europe – Alcedo atthis
  • Cochevis huppé – Galerida cristata
  • Alouette des champs – Alauda arvensis
  • Pipit farlouse – Anthus pratensis
  • Rougequeue noir – Phoenicurus ochruros
  • Tarier pâtre – Saxicola rubicola
  • Traquet motteux – Oenanthe oenanthe

Traquet motteux (Femelle et Mâle) – Gérard Tayeb

  • Fauvette à tête noire – Sylvia atricapilla
  • Fauvette mélanocéphale – Sylvia melanocephala
  • Pouillot véloce – Phylloscopus collybita
  • Pie-grièche méridionale – Lanius meridionalis
  • Choucas des tours – Corvus monedula
  • Corneille noire – Corvus corone
  • Moineau domestique – Passer domesticus
  • Serin cini – Serinus serinus
  • Chardonneret élégant – Carduelis carduelis
  • Linotte mélodieuse – Carduelis cannabina